2019-11-03 16:05

Marie Laforêt parlait de la Suisse comme de son «refuge»

Souvenirs

La chanteuse et comédienne, décédée le 2 novembre dernier, s'était installée à Genève en 1978. Une ville qu'elle appréciait énormément.

  • loading indicator

  • Lematin.ch

La Suisse a été un véritable coup de foudre pour la chanteuse. Marie Laforêt débarque au bout du Léman en 1978, avant tout pour y élever ses trois enfants. Parmi ceux-ci, la future réalisatrice Lisa Azuelos («LOL» et «Dalida»). Elle décide de mettre sa carrière entre parenthèse et ne veut pas rester une minute de plus à Paris. «Les jeunes Parisiens sont tous identiques, faits dans le même moule, et puis la vie n'est pas saine là-bas», explique-t-elle à «L'Illustré», dans une interview parue en 1994. A peine arrivée chez nous, elle ouvre une galerie d'art au quai Général-Guisan, à Genève, mais l'aventure s'arrête en 1981.

Une chanson pour la cité de Calvin

Malgré cet échec, elle tombe sous le charme de notre pays. Elle déclare même: «Genève, c’est la plus grande rencontre amoureuse de ma vie.» Ce sentiment de bien être est si fort qu'elle chante dans l'album «Reconnaissances», sorti en 1993, les liens qui l'unissent à la ville. Le titre «Genève ou bien...» revient sur les beaux moments qu'elle peut apercevoir à travers les saisons dans la cité de Calvin. Elle parle du Salève au printemps, du jet d'eau en été, mais aussi de son bistrot préféré en vieille ville, celui de La Clémence.

Dans la même interview de l'hebdomadaire, on apprend aussi que la comédienne, décédée le 2 novembre dernier, avait très mal pris une remarque de Jean-Pierre Foucault. Ce dernier a affirmé lors de l'émission «Sacrée Soirée», qu'elle s'était installée en Suisse pour des raisons fiscales. «Je me suis fait piéger, explique-t-elle. En Suisse, j'ai construit mon refuge, élevé mes enfants et j'ai ressenti cette question comme un viol. J'étais en colère qu'on puisse donner de mon pays cette image tarte-à-la-crème.»

Pas de doute, la chanteuse de 80 ans aimait sincèrement notre pays, au point d'en obtenir la nationalité.

FDA

Le Matin