2019-06-01 14:35

Séries: quelles nouveautés regarder en juin?

TV

Une Mouche et un djinn traversent ce mois. On entrera aussi dans un «Grand Hotel», dans une entreprise de l’agrochimie et sur un petit archipel du Pacifique.

  • loading indicator

  • Laurent Flückiger

«Soleil de juin, ne ruine personne!» dit un dicton ardéchois. Et les nuits seront riches en séries. Par ici le programme des nouveautés!

«MOUCHE» (3 juin, Canal+)

Le pitch: Mouche, trentenaire parisienne effrontée et sans filtre, nous entraîne dans son quotidien foutraque entre son bar à thé qui périclite, son cochon d’Inde dépressif, son ex ex ex excessivement romantique, sa sexualité agitée et sa famille dysfonctionnelle.

Notre avis: Vous connaissez l'excellente comédie anglaise «Fleabag»? «Mouche» est sa version française avec Camille Cotin dans le rôle titre. On parle bien ici d'une adaptation fidèle (6 épisodes de 26 minutes). À quoi bon?

«JINN» (13 juin, Netflix)

Le pitch: Une jeune fille libère fortuitement un djinn sous la forme d'un ado et découvre en même temps que lui que des forces obscures l'ont accompagné, menaçant le monde.

Notre avis: La série, qui se déroule à Petra, en Jordanie, est tout simplement la première production en langue arabe de Netflix. Rien que pour ça, «Jinn» vaut le détour. Sinon, elle s'adresse avant tout aux jeunes adultes, ce qui découragera probablement une partie des téléspectateurs de la suivre jusqu'au 5e et dernier épisode.

«JEUX D'INFLUENCE» (13 juin, Arte)

Le pitch: Le directeur marketing d’une grande entreprise de l’agrochimie est découvert noyé dans la Seine. Un député et son assistant parlementaire bataillent pour l’interdiction d’un pesticide toxique. Un agriculteur porte plainte contre la multinationale qu’il accuse d’être à l’origine de la terrible maladie qui le frappe…

Notre avis: «Jeux d’influence» tisse une toile de destins individuels en prise avec les lobbys. Le thème, peu porté à l'écran, est pourtant on ne peut plus d'actualité. La nouvelle production d'Arte a obtenu le Prix de la meilleure minisérie au festival de la fiction TV de La Rochelle en 2018.

«CITY ON A HILL» (16 juin, Showtime)

Le pitch: Boston, années 1990. Un procureur afro-américain venu de Brooklyn s'allie avec un agent du FBI corrompu et désireux de maintenir le niveau de criminalité tel qu'il était, pour faire tomber une famille de braqueurs et, par extension, bouleverser le système judiciaire en place.

Notre avis: La série repose sur une idée originale de Ben Affleck, qui l'a coproduite avec son pote Matt Damon. Kevin Bacon joue l'agent véreux et Aldis Hodge (vu dans l'épisode «Black Museum» de «Black Mirror») le procureur. Le président de Showtime dit de «City On A Hill» qu'elle «est un regard pénétrant sur l’ensemble du système de justice pénale et sur ceux qui y travaillent». Et si c'était dans la veine de «The Wire»?

«EUPHORIA» (16 juin, HBO)

Le pitch: Un groupe de lycéens au futur incertain noie son chagrin dans la drogue, le sexe et la violence, un an après le meurtre de l'un d'entre eux à la sortie d'une boîte de nuit.

Notre avis: «Euphoria» est l'adaptation de la série éponyme israélienne, elle-même tirée d'une histoire vraie. La toute première série ado HBO, portée par la révélation de «Spider-Man Homecoming» Zendaya, ambitionne d'aller encore plus que son aînée «Skins».

«GRAND HOTEL» (17 juin, ABC)

Le pitch: Les coulisses d'un hôtel luxueux à Miami Beach, le Riviera Grand Hotel, de la famille (Mendoza) à qui il appartient à l'équipe qui le fait tourner au quotidien. Mais attention: des secrets enfouis depuis longtemps s'apprêtent à faire surface...

Notre avis: Produite entre autres par Eva Longoria, «Grand Hotel» promet de faire briller le luxe comme jamais mais aussi de faire éclater des scandales invraisemblables. Voilà qui devrait suffire à divertir quelque temps.

«REEF BREAK» (20 juin, ABC)

Le pitch: Sur un petit archipel du Pacifique, une ex-cambrioleuse met ses talents et son expérience au service de la justice pour résoudre des crimes.

Notre avis: Là aussi, de belles images et Poppy Montgomery en sus. Cat Chambers, la femme qu'elle incarne, est décrite comme «impulsive, téméraire et irrésistible» et a un talent inné pour comprendre les criminels grâce à son passé. Voilà qui nous rappelle étrangement la série précédente de la jolie rousse: «Unbreakable»...

«FAMILY BUSINESS» (28 juin, Netflix)

Le pitch: Joseph, 35 ans, fourmille d’idées de business... même s'il bosse toujours malgré lui dans la boucherie casher de son père Gérard. Lorsqu'il apprend de source «sûre» que le cannabis va être légalisé, c’est la révélation. Son idée de génie: transformer, à l’aide de sa famille et de ses potes, la boucherie familiale en «Beucherie»...

Notre avis: Jonathan Coen joue Joseph et Gérard Darmon son père dans cette comédie au format 26 minutes qualifiée de «beuh, blanc, rouge». À première vue, ça ne sent pas le coup fumant.

«BLACK MIRROR» - saison 5 (5 juin, Netflix)

Le pitch: Ce cinquième chapitre de «Black Mirror» ne proposera que trois épisodes. Ou plutôt quatre, si on inclue l’épisode interactif «Bandersnatch» mis en ligne en décembre 2018.

Notre avis: «Black Mirror» n'est pas une nouvelle série, certes. On a choisi de faire une légère incartade car le retour d'une fiction qui a su marquer à ce point son époque (et à l'anticiper) est un événement. Au menu: l’addiction malsaine de la population aux sites d'info en continu, une vision effrayante des limites de la célébrité (avec Miley Cyrus) et une mystérieuse application.

Le Matin