2019-09-06 11:11

Groupe Mutuel: aux candidats de dire s'ils sont soutenus

Transparence

L'assureur soutient financièrement une quinzaine de candidats aux élections fédérales. Mais il ne dira pas qui, comme le demandait Roger Nordmann (PS/VD).

Le Groupe Mutuel veut jouer la transparence en informant qu'il soutient financièrement certains candidats. Mais il leur laisse le choix de le déclarer publiquement. Combien le feront-ils ?

Le Groupe Mutuel veut jouer la transparence en informant qu'il soutient financièrement certains candidats. Mais il leur laisse le choix de le déclarer publiquement. Combien le feront-ils ?

(Photo: Keystone)

  • Eric Felley

Lors de l'émission« La Matinale» sur la «RTS», lundi, la présidente du conseil d'administration du Groupe Mutuel à Martigny, Karin Perraudin, avait déclaré vouloir jouer toute la transparence en matière de soutien financier à certains candidats aux élections fédérales. Aujourd'hui le groupe confirme: «Nous soutenons une quinzaine de candidats, de différents partis, pour un montant total d’environ 30'000 francs, soit au maximum 2'000.- francs par candidat. L'argent vient de la Fondation Groupe Mutuel, qui est une fondation à but non lucratif.»

Aucun problème si...

Le chef du groupe socialiste aux Chambres fédérales, Roger Nordmann (PS/VD), avait alors réagi par un tweet, qui demandait un effort de transparence supplémentaire: «Qui?» Qui sont ces quinze candidats ou candidates qui reçoivent cet argent ? Sollicité pour répondre à cette question, le Groupe Mutuel ne dira pas qui: «Nous considérons qu’il est de leur responsabilité, quelle que soit leur couleur politique, de décider de communiquer ou non de la provenance des fonds de leur campagne. Si dans ce cadre, des candidats souhaitent mentionner le Groupe Mutuel, cela ne nous pose évidemment aucun problème.»

Aucune contre-prestation

Ces aides sont attribuées à des candidats qui se sont manifestés auprès du groupe pour obtenir un soutien. L'assureur ne fait pas de démarche lui-même. Elles sont attribuées après une analyse au cas par cas en fonction de leurs chances d’élection, de l’importance de la liste sur laquelle ils se présentent et de leur engagement pour un système de santé libéral. L'assureur précise en outre: «Aucune contre-prestation n’est demandée.»

Enfin, le Groupe Mutuel précise que «le système politique suisse repose sur le principe de milice et que la Suisse ne compte pas de politiciens professionnels. Le financement des partis et candidats se fait donc par des dons individuels et d’entreprises. Ce sont principalement ces dons qui permettent le fonctionnement politique actuel en Suisse.» Et qui se retrouvent au centre de la polémique sur la transparence dudit système.

Le Matin