2019-09-24 23:04

«Un processus de paix en Syrie est à notre portée»

Ignazio Cassis à l'ONU

Le chef du DFAE soutient la création d'un Comité constitutionnel sous l'égide des Nations unies pour mettre fin au conflit en Syrie.

Dans une réunion en marge de la 74e Assemblée plénière des Nations unies, le ministre suisse des affaires étrangères a estimé que la Constitution syrienne devait représenter pour tous les Syriens le point de repère par excellence.

Dans une réunion en marge de la 74e Assemblée plénière des Nations unies, le ministre suisse des affaires étrangères a estimé que la Constitution syrienne devait représenter pour tous les Syriens le point de repère par excellence.

En tant qu'Etat dépositaire des Conventions de Genève, la Suisse soutient la création rapide d'un Comité constitutionnel pour la Syrie, comme le propose le secrétaire général de l'ONU. Des avancées concrètes dans le cadre du processus de paix de l'ONU pour la Syrie sont désormais à notre portée, a dit à New York Ignazio Cassis.

Dans une réunion en marge de la 74e Assemblée plénière des Nations unies, le ministre suisse des affaires étrangères a estimé que la Constitution syrienne devait représenter pour tous les Syriens le point de repère par excellence. Pour légitimer la création du Comité constitutionnel et lui donner la plus grande signification, Cassis a précisé qu'il fallait permettre à la société syrienne d'interagir avec lui.

Le chef du DFAE a mentionné la «Civil Society Support Room» à Genève, un lieu d'échanges entre société et politique soutenu activement par la Suisse. Il pourrait contribuer à augmenter la responsabilité syrienne propre.

La plus grande opération de l'histoire

La Suisse est par ailleurs engagée financièrement en Syrie et dans la région pour offrir protection et aide humanitaire à 12 millions de Syriens, dont près de la moitié cherchent refuge dans les pays voisins. A hauteur de quelque 420 millions de francs, a rappelé le conseiller fédéral.

Il s'agit là, selon le Tessinois, de la plus grande opération humanitaire de l'histoire de la Confédération. Mardi, Ignazio Cassis s'est montré particulièrement inquiet de la situation humanitaire au nord-ouest de la Syrie.

Berne offre ses bons offices pour encourager la paix et la stabilité dans la région, a encore dit le ministre des affaires étrangères à New York. «Par la réduction des conflits régionaux et des tensions, nous créons les conditions pour des solutions au conflit syrien comme à d'autres», a affirmé Cassis.

Diplomatie scientifique

Il existe, selon lui, un préalable indispensable à un avenir pacifique en Syrie: le respect des droits humains. Des approches innovantes sont nécessaires pour affronter l'énormité des infractions contre ces droits en Syrie, a-t-il précisé.

Et Ignazio Cassis de donner comme exemple de diplomatie «scientifique» le «mécanisme pour la Syrie». Internationale, non partisane et indépendante, cette structure du Haut Commissariat aux réfugiés sise à Genève rassemble et met en sécurité toutes sortes de données numériques. Cette utilisation des technologies les plus modernes permet de rassembler des preuves des exactions commises en Syrie.

ats