2012-07-09 00:09

Une recrue aux soins intensifs

Armée

Après deux arrêts cardiaques, une jeune recrue romande a été évacuée au CHUV et plongée dans un coma artificiel. Une enquête a été ouverte.

L’an dernier, un Alémanique de 19 ans avait déjà été victime d’une crise cardiaque à la place d’armes de Bière

L’an dernier, un Alémanique de 19 ans avait déjà été victime d’une crise cardiaque à la place d’armes de Bière

(Photo: Marc-André Charmillod)

  • Benjamin Pillard

Certaines recrues étaient encore en train de prendre leur douche vendredi soir à la caserne de Bière (VD) lorsque l’un des leurs s’est effondré subitement, dans sa chambre. Un arrêt cardiaque, selon nos informations. Quelques minutes plus tôt, ses collègues de dortoir l’auraient entendu respirer dans la douleur. Un hélicoptère de la Rega arrive sur place à 0h01, seize minutes après que l’alerte a été donnée à la centrale vaudoise du 144. Motif de l’intervention: «Une maladie assez grave», nous renseigne Ariane Güngerich, porte-parole de la garde aérienne. «Une crise cardiaque peut entrer dans cette catégorie», précise-t-elle encore.

Au moment de l’intervention, Alain* fait une nouvelle crise, avant de tomber dans le coma. Le personnel des soins intensifs du CHUV l’aurait ensuite plongé dans un sommeil artificiel profond. Le processus de réveil aurait été entamé dans la nuit de samedi à hier.

Après une marche de 8 km

La victime est un Romand qui venait de commencer son école de recrues lundi dernier, à l’instar de quelque 7800 autres jeunes à travers la Suisse. Comme beaucoup d’entre eux, Alain avait dû faire l’impasse sur sa première année universitaire pour s’astreindre à son service militaire. «Il disait que les exercices qu’il a dû faire toute la semaine l’ont épuisé, qu’il n’en pouvait plus et qu’il pensait arrêter», nous confie un témoin qui souhaite garder l’anonymat.

Mais que s’est-il vraiment passé ce vendredi 6 juillet à Bière? «Une journée normale», jalonnée «d’exercices», à en croire Silvia Steidle, la porte-parole du Département fédéral de la défense, de la protection de la population et des sports (DDPS). Selon un soldat joint à la caserne hier, les recrues avaient effectué leur première marche de 8 km le soir du drame. «Lorsque l’ambulance est arrivée, nous ne nous sommes pas méfiés que c’était pour un incident grave. Il n’est en effet pas rare que des se- cours soient dépêchés suite aux marches pour des entorses ou des enflures.»

Recrutement à revoir?

La justice militaire nous a confirmé l’ouverture d’une enquête. «Nous n’aurons pas d’information sur l’évolution de l’état de santé du soldat avant lundi», a précisé Silvia Steidle, au nom des forces terrestres de l’armée. La porte-parole signale en revanche qu’une assistance psychologique a été proposée aux recrues qui ont assisté à la scène.

L’an dernier, c’est un Alémanique de 19 ans qui décédait à la place d’armes de Bière des suites d’une crise cardiaque, après un mois de service militaire. Une mort qui avait fait bondir le célèbre cardiologue zurichois René Schläpfer, lequel accusait l’armée de ne pas chercher à détecter la présence de malformations cardiaques chez les jeunes recrues au moment du recrutement.

?L’an dernier, un Alémanique ?de 19 ans avait déjà été victime ?d’une crise cardiaque à la place d’armes de Bière.

Le Matin