2020-01-10 07:18

2019, c’était l’année aux 27 millionnaires!

Partenariat

La Loterie Romande et Swisslos ont permis à 24 chanceux d’empocher un ou plusieurs millions grâce au Swiss Loto. Trois de plus ont décroché la timbale en jouant à l’Euro Millions.

Si elle gagne un ou plusieurs millions en 2020, Sonja Reichsteiner, coiffeuse à Lausanne, s'offrira une fermette au bord du lac de Joux avec des chèvres.

Si elle gagne un ou plusieurs millions en 2020, Sonja Reichsteiner, coiffeuse à Lausanne, s'offrira une fermette au bord du lac de Joux avec des chèvres.

(Photo: Victor Fingal)

  • Victor Fingal

Ça n’arrive pas qu’aux autres. Grâce au Swiss Loto, cinq veinards ont décroché l’an passé le jackpot, 16 joueurs ont remporté un million de francs en cochant les six bons numéros. Quant au Joker, il a permis à trois personnes d’empocher un montant à sept chiffres. Rappelons que la nouvelle loi sur les jeux d’argent, entrée en vigueur au 1er janvier 2019, permet à ceux qui ont gagné un million de profiter entièrement de leur lot: en effet, seule la part dépassant un million est soumise à l’impôt.

Ajoutons encore que l’ensemble des gains attribués à des joueurs du Swiss Loto l’an passé se sont montés à près de 190 millions et que, depuis sa création en 1970, le jeu de tirage préféré des Helvètes a fait 962 millionnaires. Quant à l’Euro Millions, 2019 prouve qu’il est possible de devenir millionnaire sans forcément cocher les cinq bons numéros et les deux étoiles. En Suisse, trois veinards ont ainsi gagné un montant à sept chiffres grâce au 2ème rang de gains. Depuis sa création en 2004, la loterie européenne a permis à 55 joueurs de devenir millionnaire en Suisse. Et le jackpot record perçu sur territoire helvétique s’est élevé à 183, 9 millions en 2018.

Un vol en première à New York

De quoi rêver. «Si je gagne plus d’un million, affirme Alain Zwahlen, gérant du Kiosque du Théâtre à Lausanne, j’en donnerais la moitié à mon frère. Pour le reste, j’irais à New York avec mon compagnon en première classe. Mais je n’arrêterais pas de travailler pour autant. Je prendrais certes des employés ce qui me permettrait d’effectuer de nombreux voyages.» De son côté, Sonja Rechsteiner, coiffeuse, de passage au kiosque aimerait avoir plus de temps à disposition. «Si je gagne, je travaillerais moins sans pour autant arrêter. Je changerais d’appartement et je m’achèterais une fermette au bord du lac de Joux dans le respect de la biodiversité. J’y élèverais des chèvres!»

Et si c’était vous, le prochain millionnaire?

Le Matin