2016-08-08 20:55

De gros suçons en guise de dopage physiologique?

Natation

Plusieurs nageurs dont Michael Phelps utilisent la technique du "cupping". Si elle laisse des traces peu esthétiques, elle s'avère redoutable... et parfaitement autorisée.

  • loading indicator

  • LeMatin.ch

L'image vous a peut-être échappé, mais elle ne laisse aucune place au doute. Comme de nombreux nageurs, la légende américaine Michael Phelps a dévoilé de grosses marques rouges dans son dos au moment du relais 4x100m remporté par les Etats-Unis.

Il ne s'agissait pas d'énormes suçons prodigués par on ne sait trop qui. Non, ces traces représentent en fait la marque de petites coupes posées sur leur peau pendant une quinzaine de minutes pour produire un effet de ventouse. Une pratique loin d'être révolutionnaire, mais de retour à la mode cette année.

Du moins chez les athlètes américains. Avec ses dix-neuf médailles d'or olympique autour du cou, Michael Phelps en est un grand adepte. A tel point qu'il a intégré le cupping dans sa dernière vidéo promotionnelle.

Corps et moral boostés?

Ces ventouses ont un effet antalgique, notamment. Elles sont posées en fonction du résultat recherché. «Le corps humain est constitué de milliers d'interrupteurs, explique le docteur Michel Henry sur le site de l'Express.fr. On pose les ventouses sur les interrupteurs que l'on souhaite activer. Ça peut même avoir un effet sur le mental!»

Traitée à temps à l'aide de ventouses, une entorse se soignerait en 72 heures et une tendinite en une seule pose. La méthode, presque indolore, permettrait une meilleure élimination des toxines, une récupération musculaire améliorée, moins de douleurs, un mental revigoré et une respiration plus forte... Et cela en toute légalité.

Battu pour quelques centièmes dimanche, les quatuor français n'utilisait pas cette technique. S'agit-il de la raison de cette défaite? Vu l'importance que lui accorde le champion Michael Phelps, ce n'est pas impossible.

Le Matin