2017-05-29 17:08

Deux conseillers en désintox meurent d'overdose

Opiacés

La mort de deux hommes encadrant un centre de désintoxication illustre de manière tragique l'ampleur de l'épidémie d'overdoses d'antidouleurs qui touche les Etats-Unis.

Le bureau d'une des victimes.

Le bureau d'une des victimes.

(Photo: Office du procureur du comté de Chester)

  • Lematin.ch

Les deux conseillers de ce centre de traitement du comté de Chester, en Pennsylvanie, étaient supposés aider les autres à se sortir de leurs addictions. Mais ils ont été submergés par leur propre problème de drogue et retrouvés morts dimanche d'une overdose d'héroïne et de fentanyl, un puissant analgésique opiacé.

Ce sont les six résidents du Freedom Ridge Recovery Lodge qui ont découvert les deux victimes, qui vivaient sur le site, rapporte le site Vox. Ils ont cherché à ranimer un des deux hommes en vain.

Dans un communiqué, le procureur du comté Tom Hogan fait ce constat terrible: «Si quelqu'un se demandait à quel point l'épidémie d'opioïdes est grave, en voilà une belle illustration. Ces drogues sont un monstre qui dévore lentement nos communautés.»

En effet, en 2005 aux Etats-Unis, les opioïdes ont causé la mort de 33 000 personnes sur un total de 52 000 overdoses, soit plus que le nombre de morts par accidents de voitures (38 000) ou par armes à feu (36 000). Et en Pennsylvanie en particulier, le nombre d'overdoses a grimpé de 20% entre 2014 et 2015, selon le Centre de prévention et de contrôle des maladies.

Selon plusieurs médias, la crise dans cet Etat pourrait encore empirer, en particulier suite à l'arrivée du fentanyl sur le marché illégal. Souvent, le produit est utilisé pour couper l'héroïne, rendant le produit plus fort à l'insu des utilisateurs.

Comment on en est arrivé là

Dans les années 1990, les médecins américains se sont largement intéressés au problème de la douleur: un Etasunien sur trois souffrirait de douleurs chroniques selon un rapport de 2011 de l'Institute of Medicine.

Bien entendu, explique le site Vox, les entreprises pharmaceutiques ont suivi et investi massivement dans des campagnes publicitaires pour des analgésiques comme OxyContin ou Percocet. Résultat, les overdoses ont augmenté régulièrement chaque année, parfois à cause de mélanges avec de l'alcool ou des benzodiazépines (antidépresseurs).

L'Etat a bien tenté d'enrayer l'épidémie en contrôlant les prescriptions (les médecins trop généreux en drogues risquent des amendes) mais de nombreux patients accros se sont alors tournés vers des produits moins chers et accessibles sur le marché noir: l'héroïne et le fentanyl.

Certains Etats comme la Louisiane ou l'Indiana ont mis en place un système punitif très restrictif avec des lourdes peines de prison pour les dealers par exemple. Une approche qui a prouvé son inefficacité. D'autres Etats tentent de financer l'accès aux traitements à base de produits de substitution comme la méthadone ou la buprenorphine.

Le Matin