2018-10-11 14:10

Harcelé par téléphone après avoir voulu vendre sa voiture

Suisse

Un Tessinois a été bombardé de coups de fil commerciaux après avoir publié une annonce sur un site de vente en ligne.

hero image

  • ofu

Tout ce qu'il voulait, c'est vendre sa voiture. En publiant une annonce sur Autoscout24, il était pourtout loin de penser qu'il allait subir un véritable harcèlement téléphonique, écrit jeudi Tio.ch/20minuti. Le Tessinois a en effet été bombardé de coups de fil de la part de call centers, lui demandant une centaine de francs pour le mettre en contact avec de potentiels acheteurs.

«On m'appelait au moins une fois par jour, toujours avec un numéro commençant par 091 et dont seuls les deux chiffres de la fin variaient d'appel en appel», raconte le trentenaire au quotidien. A chaque fois, précise-t-il, les agents au bout du fil lui demandaient des sommes différentes...soit pour transmettre son numéro à un acheteur intéressé soit pour inscrire son numéro sur une liste envoyée à divers acheteurs potientiels. «Tous m'ont promis de me rembourser l'argent si la voiture reste invendue après 12 mois.»

«Les phénomène est connu»

Pour le moment, il n'est pas claire s'il s'agit d'une arnaque ou d'une stratégie marketing particulièrement agressive, écrit Tio.ch/20minuti. Dans tous les cas, le lecteur tessinois est en colère: «C'est inacceptable d'être confronté à de tels appels. Surtout quand on paie pour la publication d'une annonce en ligne qui comporte la mention 'aucun appel publicitaire'.»

Regula Sandi, porte-parole d'Autoscout24, confirme: «Le phénomène est connu. Les gens au bout du fil demandent une commission afin d'augmenter les chances de vendre la voiture. Nous conseillons à nos clients de ne pas accepter de telles offres et de ne rien payer.» La responsable presse ajoue que l'entreprise ne peut malheureusement pas faire grande chose pour éviter ce type d'appels. «Il est possible d'indiquer dans son annonce qu'on ne souhaite par recevoir d'appels publicitaires. Mais rien n'empêche les calls centers de contacter les annonciateurs.»

Le Matin