2019-02-01 14:02

Berne veut que Netflix finance le cinéma suisse

Suisse

Berne veut que les plateformes de «streaming» comme Netflix, investissent dans la production locale. Par un financement à hauteur de 4% de leurs revenus générés en Suisse.

Netflix est de loin le service de vidéos à la demande par abonnement le plus utilisé en Suisse.

Netflix est de loin le service de vidéos à la demande par abonnement le plus utilisé en Suisse.

(Photo: AFP)

Les plateformes de« streaming» telles que Netflix doivent investir dans le cinéma suisse. L'Office fédéral de la Culture (OFC) veut leur demander un financement à hauteur de 4% de leurs revenus générés en Suisse.

«C'est une question d'égalité», explique vendredi à la SRF Ivo Kummer, chef de la section cinéma de l'OFC. Les télévisions nationales sont effectivement déjà soumises à une telle obligation.

Ce n'est toutefois pas une taxe, précise M. Kummer. Ces services obtiendront quelque chose en retour de leur investissement, comme par exemple des droits de télévision, et il leur sera possible d'investir directement, notamment dans des coproductions.

Pas de «Swissflix»

Ce projet doit être incorporé au nouveau Message culture 2021 à 2024, qui sera soumis à consultation cet été. L'OFC n'a par contre pas prévu de créer une plateforme de streaming suisse sous le nom de «Swissflix», car il ne peut pas devenir entrepreneur.

La Suisse veut que les plateformes de «streaming» diffusent au moins 30% de films et de séries en provenance d'Europe, comme l'avait exigé l'Union européenne en octobre dernier. Selon Ivo Kummer, cela ne devrait pas poser de problème majeur. Ce chiffre est déjà de 28%, selon une étude.

Netflix est de loin le service de vidéos à la demande par abonnement le plus utilisé en Suisse. La plateforme de «streaming» a notamment fortement augmenté son nombre d'utilisateurs en 2018 avec près de 600'000 nouveaux abonnés et compte aujourd'hui 1,5 million d'utilisateurs occasionnels.

ats