2015-05-13 13:23

Balkany a remis son passeport à la justice

Corruption

Le député-maire UMP, proche de Sarkozy, a été mis en examen pour blanchiment de fraude fiscale et corruption.

Patrick Balkany avait été mis en examen le 21 octobre pour corruption passive, blanchiment de corruption et blanchiment de fraude fiscale.

Patrick Balkany avait été mis en examen le 21 octobre pour corruption passive, blanchiment de corruption et blanchiment de fraude fiscale.

(Photo: AFP)

Le député-maire UMP de Levallois-Perret, Patrick Balkany, mis en examen pour blanchiment de fraude fiscale et corruption, a été contraint lundi de remettre son passeport à la justice dans le cadre de son contrôle judiciaire, a-t-on appris de source judiciaire.

Dans le cadre de ce contrôle judiciaire, l'élu s'est vu notifier une interdiction de quitter le territoire national métropolitain et d'entrer en contact avec certains protagonistes du dossier, a précisé la même source.

Cette remise du passeport, révélée par le Canard Enchaîné mercredi 13 mai, était prévisible dès lors que le bureau de l'Assemblée nationale avait voté la levée de l'immunité parlementaire du député, le 18 mars, à la demande des juges d'instruction. Cette levée était nécessaire à son placement sous contrôle judiciaire.

Deux villas luxueuses

Le député a fait appel de cette décision, a indiqué son avocat, Me Grégoire Lafarge. «C'est une décision inutilement humiliante, juridiquement inadaptée et qui touche non seulement un citoyen mais également un élu», a réagi l'avocat. «En ce sens, elle est contraire aux intérêts de la représentation nationale et des Levalloisiens», a-t-il ajouté.

Patrick Balkany avait été mis en examen le 21 octobre pour corruption passive, blanchiment de corruption et blanchiment de fraude fiscale, dans une enquête où son épouse Isabelle est également mise en examen pour blanchiment de fraude fiscale.

Les investigations portent notamment sur deux villas luxueuses, situées à Saint-Martin aux Antilles et à Marrakech (Maroc), que le couple est soupçonné de n'avoir pas déclaré au fisc pendant des années. Pour la villa de Marrakech, les enquêteurs soupçonnent le couple de s'être dissimulé derrière des sociétés off-shore et d'avoir utilisé comme prête-nom l'un de leurs proches, Jean-Pierre Aubry, ancien directeur général de la société d'économie mixte d'aménagement de Levallois, la Semarelp.

Ce dernier est mis en examen, tout comme l'avocat Arnaud Claude, associé de Nicolas Sarkozy, un intime du couple Balkany. L'avocat est soupçonné d'avoir participé au montage sur la villa de Marrakech.

afp