2019-12-02 19:53

La sœur d'Aurélie Dotremont démembrée et électrocutée

Drame

L'ex-candidate de téléréalité sort son autobiographie dans laquelle elle révèle notamment la mort tragique d'un membre de sa famille.

Aurélie Dotremont a appris l'existence de sa sœur, le jour où on lui a expliqué le drame.

Aurélie Dotremont a appris l'existence de sa sœur, le jour où on lui a expliqué le drame.

(Photo: Instagram)

  • Lematin.ch

Aurélie Dotremont est connue pour sa participation aux «Anges» ou encore dans «Le Mag'». Connue grâce à sa participation à «Secret Story» en 2011, elle s'était alors présentée comme issue d’une famille de forains, qui «voulait faire plus que servir les gens». Même si elle a pour habitude de tout raconter à son sujet, on en sait peu sur son passé.

Ce 26 novembre, la Belge de 28 ans a sorti un livre intitulé «Tu finiras dans une vitrine». Un récit autobiographique avec un titre surprenant, qui fait allusion aux vitrines d’Amsterdam où l'on trouve des prostituées, mais surtout, une phrase que son père lui a souvent répétée, dit-elle.

«Un lit dans un placard et un infanticide»

À la sortie du livre, Aurélie Dotremont annonçait déjà la couleur: «Dans ce livre, je n’apprends pas à mettre une perruque en place, ni à poser des faux cils. Rien de tout ça. Je raconte ma vie, en détail. Je donne peut-être même un peu trop de détails. «J’ai neuf ans et j’apprends qu’un drame flotte au-dessus de ma famille. Je dois me construire dans cette lourde atmosphère. Entre deux foyers bancals, un lit dans un placard et un infanticide. Je crois avoir vécu le pire mais, en réalité, ce n’est qu’un apéritif!», peut-on lire.

Le drame c’est le meurtre de sa sœur aînée par son beau-père de l’époque, Renan. Une sœur dont elle ne connaissait même pas l’existence avant d’apprendre la nouvelle de l’infanticide en tombant par hasard, à neuf ans, sur une coupure de presse cachée dans une armoire. L’article révélait qu’un bébé avait été démembré et électrocuté et que la mère n’était autre que la sienne. Elle a alors demandé des explications à sa mère qui a fondu en larmes. Les faits remontent à janvier 1988. Après une réouverture du dossier en 2017, le coupable, Renan, a été condamné.

FDA

Le Matin