2019-07-11 20:13

«Avec Federer et Nadal, on est dans Avengers»

Tennis

Partenaire d'entraînement de Roger Federer jeudi à Wimbledon, Michaël Llodra a évoqué la demi-finale contre Rafael Nadal.

Roger Federer s'est entraîné avec Michaël Llodra, un gaucher, jeudi.

Roger Federer s'est entraîné avec Michaël Llodra, un gaucher, jeudi.

(Photo: AFP)

  • Jérémy Santallo

  • Londres

Petite surprise jeudi à Wimbledon. Alors que Roger Federer était annoncé sur le court No 9 pour une séance d'entraînement d'environ soixante minutes (entre 15 et 16 heures en Suisse), le Bâlois de 37 ans n'est jamais venu. Pour préparer ses retrouvailles avec Rafael Nadal sur le gazon anglais, il a finalement été taper la balle sur le court 15, à Aorangi Park, un site fermé au public.

De l'autre côté du filet, c'est Michaël Llodra - gaucher oblige - qui lui a donné le change, sous les yeux des entraîneurs de «RF», Séverin Lüthi et Ivan Ljubicic. On avait croisé le Français de 39 ans, issu de la même génération que le «Maître», mardi avant qu'il ne lance le tournoi des "légendes". Et le vainqueur sur le gazon d'Eastbourne en 2010 avait accepté d'évoquer le potentiel 40e duel entre les deux légendes.

«Leur longévité m'impressionne vraiment. Je suis admiratif de les voir à ce niveau à leurs âges, surtout que ce n’est pas comme s’ils faisaient de la figuration (rires). On les sent épanouis, heureux d’être encore là. J’ai eu l’honneur de pouvoir commenter leur demi-finale à Roland-Garros, en pensant que c’était peut-être la dernière fois qu’ils s’affrontaient. Et finalement, ils sont encore là!»

«On est dans Avengers»

Classé un temps au 21e rang mondial, en mai 2011, ce spécialiste du double estime que leur rivalité a été bénéfique pour l'un comme pour l'autre. «Ils se tirent vers le haut, il y a de la concurrence pour savoir qui va écrire l’histoire du tennis. Ces gars jouent sur leur planète, comme des extraterrestres, on est dans Avengers, c’est à savoir qui sera le plus fort, chacun dans leur style.»

Père de trois enfants, le Français prend souvent celui qu'il connaît depuis l'âge de 11 ans en exemple dans son salon. «C’est le premier truc que je montre à mon fils qui joue au tennis. 'Regarde le petit jeu de jambes quand il se décale, on dirait qu’il marche sur des œufs. Roger, c'est un bon copain, on a grandi ensemble. Bon il a été plus vite que moi à un moment donné (sourire). Il dégage une telle fraîcheur, c’est fou.»

Avant même d'avoir reçu le coup de fil qui l'invitait sur le court 15 d'Aorangi Park, Michaël Llodra avait fait parler son cœur au moment du pronostic. «J'ai un petit penchant pour Roger, forcément. Il a beaucoup d’expérience sur cette surface, c’est celle qu’il maîtrise le mieux. Sur gazon, je pense qu'il a plus de chances de gagner. Mais Rafa est fort depuis le début du tournoi, pour moi, c’est du 50-50.»

Le Matin