2019-01-10 10:47

Fin heureuse après le long calvaire d'un chômeur

Lucerne

Un Lucernois de 48 ans, au chômage depuis 2014 et à l'aide sociale, a reçu une foule de propositions de travail après une campagne de pub personnelle à la gare de Lucerne.

Clauco Fratini a expliqué à 20 Minuten les raisons de son action à la gare de Lucerne.

Clauco Fratini a expliqué à 20 Minuten les raisons de son action à la gare de Lucerne.

(Photo: Capture d'écran vidéo 20 Minuten)

  • cht

C'est une belle histoire que relate 20 Minuten jeudi. Celle de Clauco Fratini, 48 ans, et chômeur au long cours. En effet, cet homme, aujourd'hui à l'aide sociale, cherche désespérément du travail depuis 2014. Il a même envoyé 450 candidatures dans ce but. Sans aucun résultat. Du coup, il a pris le taureau par les cornes et a décidé de se faire lui-même de la pub avec une affiche et des flyers qu'il a distribués à la gare de Lucerne. Il y proposait une multitude de services en tous genres, notamment dans le transport.

Et ses efforts ont été récompensés au-delà de ses espérances, relate le quotidien gratuit. «J'en suis sans voix. Mon téléphone n'a pas arrêté de sonner», explique-t-il. «J'ai reçu tellement de nouvelles positives et d'encouragement que j'en ai pleuré.» Il affirme avoir reçu des propositions de travail de toute la Suisse, dont au moins une douzaine d'offres sérieuses.

Sur Twitter, l'article consacré à l'action originale de Clauco Fratini a été largement partagé.

C'est donc peut-être le bout du tunnel pour Clauco Fratini, qui doit avoir son premier entretien d'embauche ce jeudi. Car malgré ses centaines de candidatures, il n'a jamais réussi à obtenir la possibilité de se présenter à un employeur. Selon son conseiller en emploi, c'est le fait qu'il soit au bénéfice de l'aide sociale qui le péjore. «Ces bénéficiaires sont rapidement estampillés et n'ont jamais l'occasion de faire leurs preuves», regrette-t-il.

Mais tant qu'il n'a pas de contrat signé, le chômeur continue de faire sa propre pub à la gare de Lucerne aux heures de pointe. «Tout cela m'a redonné espoir et énergie», remercie-t-il.

Le Matin