2019-02-11 07:08

«Après la neige, protège-toit!…»

Berne

Avec le redoux, les autorités de St-Imier mettent en garde les propriétaires et les passants. Avec un slogan marrant.

  • loading indicator

  • Vincent Donzé

«Après la neige, protège-toit!…», a annoncé mercredi dernier le chancelier municipal Beat Grossenbacher. Dans sa commune de St-Imier, à 820 mètres d'altitude, son slogan a pris une acuité supplémentaire ce week-end avec le redoux.

Il faisait 8 degrés dimanche matin quand un peu de neige est tombée d'un toit à la rue Francillon, devant une dame qui avançait avec son déambulateur. Pas de quoi s'inquiéter, pour cette fois, mais les autorités prennent le problème au sérieux.

Des congères

«Suite aux fortes chutes de neige, des congères peuvent se former sur les toits et des glaçons apparaître ici et là le long des chéneaux», indiquait mercredi le chancelier municipal. Son avertissement était clair: «Le danger guette en cas de réchauffement».

«Cette situation ne doit laisser personne de glace», glissait malicieusement le chancelier. Sans dramatiser, Beat Grossenbacher invitait les propriétaires à «surveiller avec une attention toute particulière le toit de leur immeuble».

Précaution nécessaire

«Ils ont l’obligation de prendre les mesures de précaution nécessaires pour éviter que des passants ou des véhicules ne soient mis en danger», ont insisté les autorités. Comme ailleurs, les propriétaires d'immeuble sont appelés à St-Imier à déneiger «de manière régulière» leurs trottoirs pour garantir la sécurité de tous.

La Municipalité assure quant à elle «à bien plaire» le déneigement de certains trottoirs qui appartiennent à des privés, en particulier le long de la grand-rue. «Mais, ce service offert par la collectivité ne décharge en rien les propriétaires privés de leurs obligations», indique la chancellerie.

Mesures prises

Si les mesures prises sont insuffisantes et qu’un accident survient, la responsabilité pourrait en incomber au propriétaire concerné.

Une signalisation parfois improvisée met les passants en garde dans les rues de la cité, surtout aux entrées des immeubles, mais dimanche, il n'était pas toujours aisé de slalomer sur des trottoirs glacés et des toits de moins en moins enneigés, sous la pluie.

Le Matin