2019-02-11 09:12

Mystère: 50'000 voitures disparaissent chaque année

SuisseTous les ans, 300'000 véhicules sont retirés du trafic en Suisse. Si la plupart sont exportés ou détruits, un bon nombre disparaît simplement de la circulation.
La plupart des vieux véhicules sont détruits ou partent pour l'exportation.

La plupart des vieux véhicules sont détruits ou partent pour l'exportation.

(Photo: Keystone)

  • cht

C'est une drôle de statistique que livre lundi le «Blick». En effet, selon ses dires, près de 50'000 véhicules ont disparu de Suisse l'an dernier. Il s'agit de voitures de particuliers dont le permis de circulation a été annulé et qui n'ont été ni détruites ni exportées. Ce chiffre représente 1% des 5,6 millions de tous les véhicules immatriculés en Suisse.

Que deviennent ces véhicules? Personne ne le sait vraiment, répond le Blick. Mais selon des concessionnaires automobiles interrogés, il semblerait que de nombreuses voitures munies de plaques provisoires partiraient pour le sud et l'est de l'Europe, en particulier à Noël et Pâques. Comme ces plaques «Z» sont échues après un certain temps, elles n'entrent pas dans les statistiques.

Flou artistique

En outre, le nombre de voitures retirées de la circulation est plutôt vague. Un flou artistique règne en ce qui concerne les voitures qui prennent la rouille chez les vendeurs d'occasions, voire chez les privés eux mêmes. Et il y a encore les exportations par conteneur des vieux véhicules. Un commerce illégal, car les pièces automobiles ne peuvent être exportées par ce biais que s'il existe une liste détaillée de ce qui quitte la Suisse.

Par ailleurs, le commerce des pièces détachées marche bien chez nous, selon le Blick. D'après le journal, les recycleurs de voitures se font de l'argent avec des pièces détachées et des épaves éventrées qu'ils vendent aux broyeurs. L'an dernier, plus de 72'000 voitures ont été déchiquetées chez nous, ceci en moyenne après 17 ans d'utilisation.

Mais la plupart des vieux véhicules sont exportés, principalement en Afrique et dans les Balkans. Et là-bas, le fait qu'ils roulaient en Suisse auparavant est devenu un gage de qualité. En effet, les Suisses sont réputés pour entretenir et prendre soin mieux qu'ailleurs de leurs voitures.

Le Matin