2019-03-14 23:45

Genève passe devant après deux prolongations

Hockey sur glace

Fransson a donné la victoire aux Genevois (3-2) après 96 minutes de jeu. Il ya 2-1 dans la série pour les Aigles.

Les genevois ont repris l'avantage dans la série.

Les genevois ont repris l'avantage dans la série.

(Photo: Keystone)

  • Christian Maillard

  • Berne

On aurait pu jouer toute la nuit, avant que Johan Fransson ne décide que la «plaisanterie» avait assez duré. La série est vraiment bien lancée entre Berne et Ge/Servette, soit le premier de la saison régulière et le huitième, on est devenus tellement proches qu’on n’arrive plus à se séparer: plus serrés, tu meurs!

Après un premier acte où les Aigles étaient déjà venus d’emblée s’imposer, cela sentait bon la surprise dans cette fosse où il est pourtant tellement rare que le visiteur en ressorte sans une griffure. Comme au bon vieux temps, on s’est à nouveau frotté de très près ce jeudi, avec des duels de plus en plus marqués, mais si l’air était bien électrique, avec quelques premières échauffourées, aucun mauvais coup ni aucune bagarre n’est (encore) à signaler. Mais quel match, quel suspense.

A la fin, c’est Ge/Servette qui a gagné, qui mène désormais 2 à 1 dans la série. Mais cela ne fait «que» de commencer. La bataille, qui promet de durer, se poursuivra avec plaisir ce samedi aux Vernets.

Comme ce fut déjà le cas mardi au bord de l’Arve, Berne a débloqué son compteur à la 16e minute, contre le cours du jeu, alors que Ge/Servette évoluait en supériorité numérique. C’est Tanner Richard qui a... lancé, bien malgré lui, d’une passe dans le dos, l’inévitable Mark Arcobello côté gauche. Il a suffi que l’Américain lève la tête pour adresser un centre millimétré pour Simon Moser qui avait des odeurs de caviar. Mais Berne n’avait pourtant rien d’un champion en puissance. Au contraire.

Bernois empruntés

Comme lors de l’acte II, ce sont les Genevois qui ont le plus souvent touché le puck face à des Bernois que l’on avait rarement vu aussi empruntés sur leur patinoire lors des play-off. Avec le retour de Tommy Wingels (18 points en 19 matches cette saison, dont 11 buts), les Grenat avaient, il est vrai, d’autres atouts pour lutter avec les joueurs de la capitale. Mais comme c’est souvent le cas avec les Ours, il faut toujours se méfier de l’eau qui dort. Il suffit parfois d’une accélération ou d’une erreur pour que la crêpe ne se retourne.

Comme mardi, les Bernois ont pris, sans laisser une grosse impression, deux longueurs d’avance dans le tiers médian, grâce à un tir de André Heim (36e) entre les jambes d’un Robert Mayer qui venait de repousser une autre tentative bernoise. Le visiteur était une fois de plus mal payé.

Mais comme... mardi, Ge/Servette est encore revenu avec ce caractère qui le caractérise depuis un bon mois. C’est un but gag qui a tout d’abord permis à Wingels (41e), ce vrai buteur, de lober Leonardo Genoni, via une malencontreuse déviation de Burren, avant que Henrik Tömmernes ne trompe le meilleur gardien du pays d’un shoot puissant à la ligne bleue, dont il a le secret en power-play, moins d’une minute plus tard. Après un magnifique arrêt de l'excellent Robert Mayer devant Danièle Grassi (46e), comme mardi, il a fallu avoir recours à un extra ou plutôt deux prolongations, pour départager ces deux formations devenues si proches l'une de l'autre. Le verdict est tombé finalement à la 96e minute, d’un tir puissant de Johan Fransson. Au bout de la nuit.

La suite c’est déjà samedi aux Vernets et tout le monde se réjouit.

Berne - Genève-Servette 2-3 après deux prolongations (1-0 1-0 0-2)

PostFinance Arena, 16123 spectateurs. Arbitres: MM. Lemelin (EU), Dipietro; Kovacs et Obwegeser.

Buts: 16e Moser (Arcobello, Blum/4 c 5!) 1-0, 36e Heim 2-0, 41e Wingels (Richard) 2-1, 42e Tömmernes (Richard/5 c 4) 2-2, 96e Fransson 2-3.

Berne: Genoni; Burren, Almquist; Andersson, Gerber; Krueger, Blum; Untersander, Kamerzin; Ruefenacht, Arcobello, Moser; Sciaroni, Haas, Scherwey; Mursak, Ebbett, Bieber; Grassi, Heim, Berger. Entraîneur: Jalonen.

Genève-Servette: Mayer; Jacquemet, Tömmernes; Mercier, Fransson; Völlmin, Bezina; Antonietti; Fritsche, Berthon, Bozon; Simek, Romy, Rubin; Wingels, Richard, Winnik; Riat, Maillard, Rod; Patry. Entraîneur: McSorley.

Notes: Berne sans Kämpf (blessé), Marti, Brügger (surnuméraires) ainsi que Boychuk (étranger surnuméraire). Genève-Servette sans Bouma, Wick, Douay, Vukovic, Almond (blessés), Martinsson, Skille (étrangers surnuméraires) ainsi que Kast (raisons personnelles). Mursak (10e) et Blum (28e), blessés, rejoignent prématurément le vestiaire. Ils ne sont pas revenus en jeu. Tir sur poteau: Almquist (82e). Temp-mort: Ge/Servette (69’38’’).

Pénalités: 4 x 2’ contre Berne, 5 x 2’, 1 x 10’ (Berthon) contre Genève-Servette.

Le Matin